L’Eutonie propose, par une attention à ses sensations, un travail de conscience de l’état corporel, de ce qui le compose et l’anime : la peau, l’ossature, l’espace intérieur, les pulsations, le mouvant, le contact, le mouvement…

Beaucoup d’éléments vont être l’objet de l’attention, et c’est cette diversité dans l’approche du corps, au repos ou/et en mouvement, qui va permettre d’en affiner sa conscience, son utilisation, son expression.

L’Eutonie permet de travailler cette capacité d’attention, de se défaire de rythmes effrénés, de retrouver une capacité à attendre, prendre le temps, s’intéresser à un détail et se laisser surprendre par de l’inattendu, se permettre de découvrir, s’étonner.

Eutonie veut dire tonus harmonieux. Cette équilibration tonique qui peut se répercuter à bien d’autres plans, invite à une démarche personnelle, intégrative, dans le respect du rythme et des possibilités de chacun.

La Tonicité

Le nom même d’Eutonie situe cette approche corporelle en termes de tonus. C’est là une de ses spécificités car tout de l’humain est tonus, chaque membrane du corps organique pulse au rythme de sa tonicité.

L’Eutonie se déploie dans la recherche et l’objectif pour chacun, de trouver le bon tonus, celui capable de s’adapter, d'être non fixé, fluide, avec toujours cette conscience du corps global, qui donne lieu au sentiment d’être, d’être un, d’être soi.

Le travail corporel proposé en Eutonie concerne le plus souvent les muscles profonds, ceux dits squelettiques, c’est-à-dire ceux du maintien de la posture.

L’Eutonie ne s’adresse pas aux muscles directement, mais par l’attention portée au squelette, à sa structuration. Elle touche à la musculature qui l’accompagne, le soutient, lui permet une articulation, une tenue du corps, jusqu’à la verticalisation. C’est donc par l’intermédiaire de situations mettant en jeu le corps dans sa posture, sa mouvance, ou par l’attention portée à tel ou tel lieu du corps, ou contact, ou direction, que la régulation tonique se produit.

tonicite

Les Inventaires

Les propositions faites pendant un inventaire mettent en lumière les sensations issues du corps et de l’environnement, captées par les récepteurs sensibles, pour entrer dans le champ de la conscience et devenir perceptions.

Pour pouvoir observer son corps le plus objectivement possible, sans laisser le mental envahir la conscience, l’enseignant favorise la recherche des sensations de la manière la plus neutre possible, sans interventions inductives pour que les personnes soient centrées essentiellement sur le senti et non l’imaginaire.

inventaires

Les inventaires s’orientent sur les différentes sensibilités : conscience du toucher, de la masse du corps, de la forme du corps (surface et volume), de ses constituants (peau, muscles, os articulations) et des sensations intérieures. Ils participent à la régulation du tonus.